Bref, Pourquoi on aime Bref ? Quel film dois-je regarder si j’aime Bref ?

Encore une fois, ceci n’est qu’une opinion personnelle.

Bref, c’est une belle succes story. Kyan Khojandi, créateur de cette série et acteur principal de celle-ci était encore un inconnu du grand public il y a 6 mois. Bref est diffusé depuis le 29 août 2011 dans l’émission Le Grand Journal sur Canal+. Un épisode sort tous les 10 jours en moyenne.

En quelques semaines, grâce aux réseaux sociaux, la série se retrouvait sur le devant de la scène, avec plus d’un million de fan sur sa page Facebook. Un déferlante de parodies apparaissaient sur la toile quelques semaines après le premier épisode.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Mais quelle est la raisons d’un tel succès ?

Un seul mot : Efficacité :

– Jump Cut
Mot français : ellipse
Cette figure de style permet d’effacer les actions qui n’apportent rien à la narration. Un avant et un après en deux plans.

– Un montage dynamique (musique … cut … blanc … cut … chute … cut … musique)

– Une Voix Off avec un débit de parole impressionnant

– Très peu mouvements de camera dans un minimum d’espace.

– Un maximum de chutes

Bref : On mélange les styles

La technique du Jump Cut mélangée au trailer de cinéma d’action avec la voix off d’un documentaire social, sur un plateau de série B lors d’un one man show.

Hum … il faut trouver un terme pour ce truc :
Genre l’effet « Timelapse Bloopers » (Les blagues en vitesse rapide)

En anglais oui… car je pense que cet effet de style est né de l’autre côté de la manche… notamment avec des comiques comme les Monty Python.

Pourquoi ça marche en Europe et pas aux States ?
Il ne faut pas confondre « efficacité » du montage et « agressivité » du monteur.
Les américains sont des habitués des cuts successifs, à l’image de Michael Bay et de ses 162 cuts en une minute : Boom, agression, explosion, visage, peur, pas content, boom, explosion, coup, paf!, explosion, heureux, bisous. Nous sommes dans une logique de « Show » : Ne pas laisser respirer ou réfléchir le spectateur : On nous explose la gueule.
Dans Bref, c’est l’exat opposé. Les Jump Cuts font appel à la logique de l’internaute. On fait fonctionner ses méninges pour comprendre les raccourcis utilisés sur tel ou tel plan. On nous laisse combler les trous.
D’un côté : Popcorn
De l’autre : Boeuf Bourguignon Bordeau Camembert Paris Brest.

——

Ok … maintenant, que doit-on regarder comme films lorsqu’on aime une série comme « Bref » ?
Ce ne sont pas forcément des film comiques. Mais la logique de montage et de rythme est dans le même esprit.
Sur le dos du panier : Human Traffic, Cashback et l’Auberge Espagnole.

Du côté anglais :

Trainspotting | Danny Boyle 1996 :

Human Traffic | Justin Kerrigan 1999

Snatch | Guy Ritchie 2000

Cashback | Sean Ellis 2007

Du côté des américains :

Fight Club David Fincher 1999

Requiem for a Dream | Darren Aronofsky 2000

The Rules of Attraction | Roger Avary 2002

Du coté Français :

Le meilleur exemple reste Cédric Klapisch

L’auberge espagnole 2001

Les poupées russes 2005

99 Francs Jan kounen 2007 (merci Henri)

3 Comments

  1. Henri dit :

    Excellent ton article! J’aurai vraiment ajouter 99 francs dans le lot, pour son côté ultra efficace dans le montage, son côté provoc chic et surtout pour le jeu de Dujardin dont M.Bref semble vraiment s’être inspiré. Il y en plein d’autre dans le genre, l’intro de Fight Club aussi défonce tout dans le genre, pour se qui est de présenter des personnages rapidement et esthétiquement…

  2. Kornikan dit :

    En effet Jan Kounen est un bon exemple.

Leave a Comment

 

You must be logged in to post a comment.